Liens sociaux Chercher Menu de connexion utilisateur
Outils

News des Flying Fifteens

Ce qu'il se passe dans le monde des flottes Flying Fifteen France et Belgique.

News des Flying 15s

Michel Pélegrin 382

Nouveau foc vs ancien génois, revue de détail

Le nouveau foc, ses avantages, ses réglages

Remerciements: FF France remercie UKFFA de son autorisation de reproduire cet article, et remercie Steve Goacher, Ian Pinnell, Richard Lovering, Richard Whitworth, Charles Apthorp, Nathan Batchelor, Jeremy Davy, John Hanson, Alastair Stevenson and Mervyn Wright pour leurs éclairages. Crédits photo: Nathan Batchelor, Richard Jones, Jeremy Davy et UKFFA.

Le nouveau foc est entré en service début 2017, à la suite du scrutin FFI de 2016. Il est le résultat de plus d'une décennie de développement au cours de laquelle différents dessins de voiles ont été étudiés et testés. Les experts ont finalement jugé que le guindant plus long et la bordure plus courte constituaient une option moderne, plus facile pour l'équipage, plus esthétique et plus durable pour la classe. Aujourd'hui, après plusieurs années d'expérience, nous avons demandé aux principaux artisans voiliers et à des experts de la classe si ces objectifs sont atteints et ce que ce changement signifie pour la classe Flying Fifteen.

Un nouveau concept

Les surfaces de voilure du foc et du génois sont identiques - 3,832m2 (41,25 sqft). Mais leurs dimensions très différentes: le guindant du foc est plus long de 300 mm et sa chute de 204 mm vs une bordure plus courte de 182 mm. Cette combinaison se traduit par un centre vélique légèrement plus en avant et plus haut que le génois. Ce qui induit en principe un bateau un peu moins ardent, au bénéfice surtout de certains Classics. Richard Whitworth, de North Sails, a fait tourner les chiffres dans le logiciel de design maison pour constater que la différence de performance pure entre les deux formes était insignifiante: à 0,2 % près!

Image
Génois et foc comparés

Image
Génois et foc comparés

Mais la performance n'est pas seulement une question de vitesse pure. L'un des avantages du foc par rapport au génois est que la bordure plus courte réduit la longueur d'écoute à embraquer à chaque virement. En ce sens, le foc est une option plus facile pour l'équipage et permet de diminuer la charge sur l'écoute. Richard Lovering, de Hyde Sails, pense cependant que les avantages de charges d'écoute plus faibles sont marginaux du fait que beaucoup de bateaux sont équipés de poulies de foc à cliquet (ou poulies-winches): "Ça permet à l'équipier de relâcher quelques millimètres seulement, ce qui détend la chute de 1 à 2 cm. Même avec un équipier puissant, ce niveau de contrôle est impossible sans cliquet et c'est la première chose que nous avons améliorée sur notre bateau".

Lorsque l'on navigue sur un bateau conçu il y a 75 ans, l'esthétique est importante et le nouveau foc a été plébiscité sur ce point, avec sa chute plus longue et sa bordure arrondie. Plusieurs barreurs ont également noté l'amélioration de la visibilité derrière le foc, ce qui représente une avancée importante en matière de sécurité, l'angle mort redouté du génois étant considérablement diminué.

Selon une idée fausse assez répandue le passage au nouveau foc nécessiterait également une nouvelle grand-voile. Disposer d'un jeu complet de voiles neuves est évidemment un plus, mais il n’existe en réalité aucune autre raison pour changer les deux voiles en même temps. Ian Pinnell fait remarquer que la conception de la grand-voile Pinnell & Bax n'a pas changé avec l'introduction du nouveau foc et que, tant que la grand-voile est en bon état, elle se comporte aussi bien avec le foc qu'avec le génois. Et Richard Lovering (Hyde Sails) explique que, bien qu'ils aient continué à affiner le design des voiles Hyde, le nouveau foc est plus performant qu'un ancien génois avec une ancienne grand-voile.

Ce qui compte vraiment, c'est le contrôle de la fente entre la grand-voile et le foc. Steve Goacher, de Goacher Sails, explique : "Comme le nouveau foc a moins de recouvrement (sur la grand-voile), le contrôle vertical de la fente est crucial pour tirer le meilleur parti du bateau."

Remplacer la drisse de foc

La longueur du guindant du nouveau foc étant supérieure de 300 mm à celle du génois, la drisse de foc a besoin d’être changée. C'est une opération simple qui prend quelques minutes, la seule difficulté étant de faire passer le sertissage dans le réa de la drisse sur le mât. Parfois, cela peut impliquer un tout petit peu de bricolage ou, dans le pire des cas, de démâter. Si vous n'êtes pas prêt à vous séparer de vos anciens génois, vous pouvez changer de drisse selon les besoins, mais le plus simple est d'investir dans une élingue de 300 mm pour rallonger la drisse les jours où la promenade en famille se suffit d’un ancien génois.

Ian Pinnell suggère que le remplacement de la drisse de foc est le bon moment pour vérifier les roulements de l'enrouleur et s'assurer que l'émerillon de drisse n'est pas à l'envers. Lorsque la classe a adopté le nouveau foc, il y a eu quelques ruptures de drisse sur des bateaux équipés d'un câble de drisse de 3 mm. Il s'est avéré que le problème n'était pas le câble mais le fait que l'émerillon ne tournait pas sous charge. La charge de l'enroulement s'exerçant sur une section de drisse plus courte entre la tête de foc et la poulie de mât, les ruptures se sont produites parce que le câble de drisse se détoronnait pendant l'enroulement du foc. La plupart des bateaux utilisent désormais un câble plus épais de 3,5 mm, mais l'entretien des enrouleurs reste évidemment conseillé. Charles Apthorp ajoute que c'est toujours une bonne idée de "dérouler le foc à contre-sens du fil, ce qui l'empêche de se détoronner lorsqu'il est chargé au maximum".

Certains bateaux à avaleur ont connu un emmêlement de la drisse de spi au moment de l'enroulement ou du déroulement du foc. La tête de foc étant plus proche du mât, elle est davantage susceptible de se prendre dans la drisse de spi. Selon la loi de Murphy, ce phénomène est le plus probable lorsque le foc est déroulé au moment du pré-départ, à 15 secondes du coup de canon. Certains bateaux ont ajouté un disque de la taille d'un CD en tête de foc pour éviter l'emmêlement, mais une autre astuce consiste à ce que l'équipier tende la main sur le pont pendant le pré-départ pour tirer la drisse de spi vers le bas sur quelques dizaines de centimètres supplémentaires. Une drisse de spi détendue réduit considérablement le risque d'emmêlement.

Point d'écoute du foc

La bordure plus courte et la chute plus longue signifient que le point d'écoute se retrouve en avant et plus bas par rapport à un ancien génois. La poulie de foc devra donc être ajustée vers l'avant. Comme point de départ, Ian Pinnell (P&B) suggère une position de poulie à 3150 mm du tableau. C'est-à-dire 350 mm en avant de la position recommandée par P&B pour le génois.

Cette mesure dépend de la position de l'étai, mais constitue un bon guide pour la position avant maximale du chariot de foc. Dans de nombreux cas, ce peut être géré sur le rail de foc existant, mais dans certains cas le rail devra être allongé vers l'avant ou déplacé.

La bordure plus courte signifie également que le foc doit être bordé plus près du centre pour conserver le même angle d'écoute que le génois. Le moyen le plus simple de le visualiser est de tracer une ligne entre le point d'amure et le chariot de génois. La nouvelle position du chariot de foc sera sur cette ligne – en avant du chariot de génois et légèrement à l'intérieur.

Lles compétiteurs les plus pointus ont fait beaucoup d'expérimentations sur la position du point d'écoute, non seulement en avançant le chariot, mais aussi en essayant des angles d'écoute encore plus serrés. Certains pratiquants de haut niveau se sont aperçus que dans les conditions adéquates, le bateau peut être mené avec une écoute encore plus rentrée – en pointant ainsi plus haut, avec un déficit de vitesse limité.

Les avantages de pointer plus haut avec un peu moins de vitesse se situent surtout au départ, lorsque le maintien d'un couloir est crucial, mais il y a aussi d'autres occasions où cela peut être utile. Cependant, Steve Goacher (Goacher Sails) avertit que naviguer en mode haut est un peu "naviguer sur le fil du rasoir car vous courez un risque élevé de fermer la fente foc/grand-voile. Toute baisse soudaine de la pression du vent peut entraîner le foc vers l'intérieur et, en cas de rafale, le fait de relâcher la grand-voile pour gérer la survente risque également de fermer une fente déjà étroite. C'est rapide, mais sans rémission".

Richard Lovering (Hyde Sails) est d'accord, et note que cela ne fonctionne vraiment que "dans une plage de vent étroite lorsque le bateau est à pleine puissance. Dans les vents plus légers et plus forts, il est préférable d'avoir une fente plus large et les angles d'écoute serrés ne fonctionnent pas. Nous utilisons le même angle d'écoute sur le nouveau foc que sur le génois, mais pour y parvenir, nous avons déplacé les rails vers l'avant et vers l'intérieur."

Bien que de nombreux bateaux de pointe suivent l'exemple de Richard, en déplaçant les rails aussi près que possible de l’arête entre la partie inclinée et la partie verticale du caisson latéral, il est intéressant d'examiner les autres systèmes testés et utilisés. Ci-dessous un résumé de quatre options très différentes:


4071 - “470 Gearbox”

Image
“470 Gearbox”

Image
"470 Gearbox"

En 470, l’approche est d’utiliser une “boîte de vitesses” pour ramener la poulie de foc à l’intérieur, avec une position du chariot de foc réglable depuis le rappel.

Ce système a été utilisé par Graham Vials et Charles Apthorp au Mondial 2019. Il demande sur l’Ovington X que le rail de foc soit positionné juste en-dessous de l’arête du plan vertical du caisson. La Gearbox est disponible auprès de Mackay Boats en Nouvelle-Zélande, ou de Allen Brothers qui en fabriquent au UK une version similaire.


4078 - “The Goachauler”

Image
"The Goachauler"

Image
"The Goachauler"

Système monté par Steve Goacher pour le Mondial 2019 en Irlande. Le rentreur d’écoute utilise une poulie flottante en amont de la poulie de foc. Le bout rentreur court vers le bord au vent jusqu’à un filoir placé juste devant le rail, puis, via une démultiplication 2:1, à un taquet latéral. On peut ainsi ajuster l’angle d’écoute en 3 dimensions depuis le rappel côté au vent.

C’est un système simple, économique, qui n'impose pas de changer l’emplacement des rails. Sachant cependant que pour optimiser la position du point de tire et son réglage, Steve a repositionné les rails plus vers l'avant et vers l'intérieur que pour le génois (photo). Ici, on ajoute deux bouts en travers du cockpit mais qui ne sont pas supposés (en théorie) gêner l’équipier.

 

 

Image
Détail


4073 - “Twin Tracks”

Image
"Twin Tracks"

Image
"Twin Tracks"

Le nouveau bateau de Chris Ducker utilise des "pods" sur mesure fixés sur la paroi verticale du caisson comme supports du rail principal du foc, déterminant ainsi la position intérieure maximale. L'écoute de foc passe ensuite dans la poulie d'un chariot ajustable sur un rail extérieur secondaire. Les chariots de foc des deux rails sont reliés entre eux.

Ce système a été mis au point par Phil Evans (Phil Evans Sailing Services), voir la vidéo sur YouTube et l'article “GBR 4073: The Inside Track”.


3760 - “The Positionator”

Image

Image

Le "Positionator" de Jeremy Davy s'inspire des Fireballs et s'éloigne des chariots de foc pour adopter un système qui permet d'ajuster la poulie de foc de haut en bas, et de l'intérieur vers l'extérieur. Ce système peut être réglé par l'équipier au rappel. Sur la photo, le Mk V, désormais remplacé par le Mk VI.


Les coûts

La plupart des voileries vendent le nouveau foc autour de £450 (€540), ou un peu moins en période de promotion. La drisse plus courte vous coûtera €30 à €50, et comptez €15 de plus pour une estrope additionnelle si vous prévoyez de naviguer de temps en temps avec votre ancien génois.

Ajoutez peut-être €50 à €200 si vous allongez ou déplacez les rails, et/ou adjoignez un système de  réglage de la position du point d'écoute – un peu plus si ce travail est réalisé par un professionnel. Au total, entre €600 et €750- soit €50-€200 de plus que le coût de remplacement d'une voile en fin de vie.

Conclusions

Il est intéressant de noter que, lors de la rédaction de cet article, les réactions et les retours d'expérience concernant le nouveau foc ont été universellement positifs. Pour beaucoup, le fait de travailler sur de nouveaux systèmes de point d'écoute et de les tester sur l'eau a augmenté le plaisir de naviguer.

L'ancien génois est encore couramment utilisé dans les régates de clubs, mais ces voiles vieillissent et de nombreux Classics et Silvers s'intéressent au nouveau foc et à son adaptation à leur bateau. On a pu noter quelques réticences, avec des témoignages de drisse cassée, de rails de foc qui bougent et de drisse de spi emmêlée. Aujourd'hui, après quatre ans d'expérience approfondie, toutes ces questions ont été résolues.

En résumé, avec le recul, il paraît clair que le nouveau foc représente pour la classe une évolution positive et pour les pratiquants un excellent investissement!

Rate article

No rating
Evaluer l'article:
No rating

Share

Print

Comments

Collapse Expand Comments (0)
You don't have permission to post comments.
Retour au sommet